Recherche

sysy3115

Devenir maman solo…, un parcours atypique.

Le 3ème trimestre, dernière ligne avant la rencontre.

 

Ma grossesse a été tout sauf calme. Bouleversée par les événements subits et non choisis, bouleversante sur le plan physique et émotionnel… Ce dernier trimestre qui mène à l’aboutissement  à la rencontre n’aura en rien été différent du second en terme de stress… Autant être claire je n’ai pas vécu une grossesse sereine et j’aurais ce regret à vie…

Au niveau aménagement: mon meilleur ami a terminé la chambre et sans lui ce serait encore en chantier… Il restera des details de décoration mais le gros est fait et les meubles ikea ont été montés (non sans mal). Une connaissance a dépanné pour l’électricité qui est normalement du « provisoire » mais ça aidera.

Les « derniers » achats sont fait. J’ai pu aménager et ranger les affaires pour l’arrivée de ma fille. Tout ceci rend plus concret le fait qu’un bébé va grandir ici et que ma famille va se créer…

De mon côté, ces trois derniers mois de grossesse n’ont pas été simples.

J’ai fait beaucoup de rétention d’eau et d’hypertension (on se dirige vers une césarienne programmée). Les contractions ont été souvent presentes et parfois douloureuses.  Je ne me suis pas reposé, je n’aurais pas su… et, j ai réussi a tomber dans les escaliers et me faire une entorse + maux de dos à passé 8 mois… Fatigue+++

La petite bouge de plus en plus tout le long de ce dernier trimestre. Son poid n’est pas énorme mais on m’annonce un bébé dans la norme à terme (evalué à +/- 3kg200). Son coeur va bien. Elle a été en siège, ensuite s’est retournée mais le placenta lui etait toujours très bas. La césarienne annoncée à 18sa aura bien lieu. En cas de début de travail, je ne dois pas attendre et foncer directement à la maternité. Un accouchement par voies basses est à proscrire. J’ai d’ailleurs dû stopper les cours de préparation à l’accouchement en piscine (à mon grand regret car ça me déstressait…). Il faut se faire à l’idée, se résigner, c’est pour notre bien à toutes les 2. Encore une chose que je n’aurais pas choisi, ma manière d’accoucher… La fin de grossesse arrive à grand pas et le flou reste malgré la « preparation psychologique « … En fait, je crois qu’on est jamais réellement prêt…

Mais le principal … Ma fille sera là… dans mes bras <3.

 

Publicités

Ces petits coups…

Vers 18 sa j’ai commencé à sentir ses petits coups. Des mouvements à peines perceptibles au debut et qui au fil des mois deviennent plus prononcés et même parfois un peu derangeant. Pour ma part, les coups de coudes dans la vessie ou les coups de genous et de pieds dans les côtes ont été monnaie courante ces dernières semaines…

Des coups, des flottements, la sensation d’être réellement « habitée »; sentir son bébé bouger est à la fois magique et parfois stressant (bouge-t-il assez?). Dès que la fréquence de mouvement diminue chaque maman aura tendance à s’inquiéter. Les visites à la maternité pour s’assurer que bébé va bien via un monitoring peuvent souvent rassurer la future maman mais, on se sent souvent idiote aussi: et oui bébé se décide souvent à reveiller au moment où l’on arrive à l’hôpital… Il a déjà de l’humour ce petit être qui grandit en nous.

Ces mouvements sont visibles au fil des semaines, déforment le ventte en noys faisant souvent rire. On arrive a « communiquer » avec bébé par le toucher avant sa naissance. Ces petits coups vont franchement me manquer après la naissance.

Essayons donc d’en profiter encore un peu avant la rencontre de notre vie <3.

Un deuxième trimestre en demi teinte.

_20180103_225516

Le second trimestre est normalement celui de l’épanouissement de la future maman.

Mon quotidien et les changements imprévus et non choisis que j ai subit sur le plan familial et privé ne m’ont pas permis d’en profiter. C’est un regret que je garderais probablement chaque fois que je penserai à ma grossesse.

Situation privée et familiale qui m’ont contraintes à vivre un déménagement en urgence. Cela entraîne stress, perte de repères, obligation de dire Adieu à une décennie de ma vie et de me créer une nouvelle vision de l’avenir pour mon bébé et moi. Ces changements imprévus vont influencer autant ma vie que celle de mon enfant et, ma manière d’aborder la maternité et la vie avec bébé est totalement chamboulée. A l’heure actuelle, j ai encore pas mal de craintes et d’interrogations.

J’avais mon petit coin à moi que j aménageais et organisais comme je le voulais, je vivais comme je l’entendais sans compte à rendre à qui que ce soit… C’est malheureusement fini… J’ai été contrainte de voir l’avenir avec bébé sous un angle totalement différent: environnement, aménagement, cohabitation forcée et compliquée pour une durée actuellement indéterminée avec un membre de la famille…  Tout cela a de quoi stresser une future maman en proie aux chamboulements physiques et hormonaux… Bref, sans rentrer dans des détails que je ne souhaite pas évoquer ici, le stress, l’énervement, le manque de sommeil, les craintes et désillusions ont pris le dessus sur ce qui aurait dû être une période de ma grossesse « épanouissante ».

Je n’ai pas pris un gramme pendant presque deux mois et demi:vive l’énervement perpétuel et l’impossibilité de se ressourcer. J’ai eu le sentiment de vivre ma grossesse en spectatrice.

Des contractions dès 18sa et le fait que je n’ai pas su me reposer m’ont été préjudiciables. Malaises, douleurs, insomnies récurrentes, système immunitaire qui m’a lâché et virus ont pris le dessus. Ceci m’a conduit aux urgences plusieurs fois et bébé a beau s’accrocher,  les risques qu’il ne veule sortir trop tôt ou qu’on décide de me bloquer et de m’obliger à rester alitée ont été réels. Mon moral en a pris un sacré coup.

Je ne saurais dire que MERCI particulièrement à l’une de mes soeurs et à mon meilleur ami sans qui je n’aurais pas réussi à passer cette étape sans réellement m’effondrer…

Le deuil d’avril n’est pas encore fait et je doute de réussir à le faire avant encore un moment.

J’ai été écartée du travail pour risque pour ma grossesse par la médecine du travail. La reprise avec certains collègues sera probablement compliquée. Et oui être enceinte embête énormément de monde et croyez moi on vous le fait bien sentir là où je travaille. Une maman ayant été alitée toute sa grossesse en a été l’exemple malheureux il y a deux ans… Je sens que je ne serais pas épargnée non plus… On verra…

A côté de cela on a connu le sexe de bébé lors d’un  passage par les urgences (confirmé par gygy quelques temps plus tard): J’ attends une petite fille pour début 2018.

Le choix du prénom, les quelques premiers achats « pour fille », la projection, l’imagination de la vie avec « ma fille » ont été quelques moments plus légers de ce deuxième trimestre. ça a réjoui sa future marraine, une de ses tatas, et tonton qui attendaient avec impatience de savoir s’il ce petit bout serait un garçon ou une fille et qui espéraient secrètement la venue d’une petite princesse dans la famille. En ce qui me concerne,  l’important était qu’il ou elle soit en bonne santé mais j’avais déjà l’impression que je serai maman d’une pitchounette et, j ai été ravie de la nouvelle.

Un autre petit événement du second trimestre qui donne enfin son vrai sens à la grossesse: sentir ses premiers mouvements. Vivre cela nous donne enfin une sensation concrète de porter un enfant et c’est magique… Jouer un peu avec ma petite bulle, la sentir réagir à mes petits mouvements sur le ventre et à certaines musiques ont été des parenthèses de quelques minutes dans la journée. Vu l’ambiance générale de cette période j en ai franchement eu besoin pour ne pas craquer même si beaucoup de larmes ont été versées durant le second trimestre…

Ce second trimestre d’une grossesse en demi teinte est derrière moi. J’ai l’envie de réussir à voir plus le positif et, pour ma fille, réussir à me faire confiance et à me battre pour créer l environnement de vie le plus positif possible pour elle.

J’ai heureusement 2-3 personnes d’un soutien inconditionnel et j aimerais conclure cet article en m’adressant à eux: MERCI de supporter mes sautes d’humeur depuis des mois et malgré tout cela d’être les piliers sans qui je ne sais pas qui je serai à l’heure actuelle et à l’avenir. Merci pour moi et pour elle…

Stagnation

Je ne suis pas très régulière dans ce blog. Pas par manque d’envie d écrire mais je n’ai pas trouvé le temps.

Depuis plus d’un mois, je trouve mes repères ici, après un changement de résidence forcé et non choisi.
Je trouve mes repères mais je ne suis pas bien pour la cause.
Il y a beaucoup trop de choses qui bloquent, qui n’avancent pas.
Rien n’est prêt et, je stresse de plus en plus. Dès que quelque chose semble pouvoir avancer, un autre couac survient et me stresse encore plus.
J’ai beau avoir un ami en or et le soutien d’une ou deux personnes proches, je stresse, J’ai peur de ne pas être prête pour l’arrivée de bébé. J’ai peur que ma situation personnelle ne soit pas réglée sur plusieurs points dont je n’ai aucun pouvoir de contrôle et que ce soit toujours « en cours » au moment où j’accoucherai.

On essaie de préparer ma chambre petit à petit et, il y a du boulot pour pouvoir la rafraîchir, 25 ans sans aucun travaux ça laisse des traces…
J espère que debut décembre je pourrai enfin pouvoir investir pour le nécessaire mobilier et monter la chambre pour l’arrivée de bébé. Il restera ensuite à tout acheter de ce qui manque et installer/ranger pour réellement être prête avant l’accouchement…Le temps passe trop vite…

La petite, elle, va bien c’est le principal. De mon côté,je suis ko, physiquement et moralement. Je dors très peu. Ma résistance ne suit plus et moralement, c’est les montagnes russes. Les hormones ne sont pas innocentes mais, le fait de ne pas avoir le contrôle sur trop de choses dans ma vie, de devoir attendre les « autres » avant de voir les situations se régler m’angoisse au plus haut point.
L’ambiance générale côté privé n’aide pas. Difficile de voir le verre à moitié plein tout le temps. Et là, je suis clairement au creux de la vague dans la courbe de l’océan de ma vie qui n’est pas « plate ».
Je n’ai qu’une solution:attendre. Essayer de faire confiance,trouver une « nouvelle » patience,… J’y parviendrais, cependant, parfois, il faut accepter que le moral ne suit pas et c’est clairement le cas en ce moment… Ça passera…

Des nouvelles… De l’imprévu… Du changement… Du tri…

Dix semaines que je n’ai plus posté quoi que ce soit.

Le quotidien a été plus que mouvementé et bouleversé.

Ce qui devait être un « rachat » de maison ne se fera pas. Début septembre j’ai dû prendre la décision d’abandonner cette idée. Un déménagement en « urgence », imprévu s’est organisé. Dans ces moments là le stress prend vite le dessus et, avec la grossesse cela n’arrange rien.

Je tiens à remercier un grand ami pour son soutien et son aide au quotidien. Malgré mon humeur maussade, mes énervement, il a été le seul réellement présent pour m aider à préparer et organiser au mieux ce départ.

Dix ans de sa vie dans une maison ça laisse des souvenirs et beaucoup de travail de tri lorsqu’on part pour un endroit plus « petit et moins pratique pour stocker tout son ménage…

Les amis ont les comptes sur les doigts d’une mains et c’est lorsqu’on a réellement besoin d’aide qu’on se rend compte sur qui on peut réellement compter. Sans citer de nom seuls 2 amis ont réellement été là durant tout ce mois de septembre pour me soutenir moralement pour l’une, pratiquement/physiquement (monter et descendre des caisses enceinte ce n’est pas une partie de plaisir) ainsi que moralement pour le second. Quelques aides ponctuelles se sont avérées bien utiles, merci à mon ami et ancien collègue.

Pour le reste… Ceux qui se disent des « amis », qui n’ont pas la charge d’une famille ou des kilomètres à faire pour arriver… Ils sont bien transparents ou ont toutes les excuses du monde pour qu’on s’intéresse à leur vie mais, il n’y a plus grand monde quand ils savent que de l’aide serait utile… Enfin « si on court après »… Ce qui n’est pas mon style. Ne pas prendre de nouvelles et attendre que ce soit la personne qui est dans la mauvaise situation qui fasse le premier pas n’est pas ma conception de l’amitié: note pour plus tard. Ne rien oublier de tout ça…

Bref la situation n’est pas totalement réglée. Une période d adaptation sera nécessaire avant de pouvoir envisager de réellement preparer l’arrivée de bébé. Bébé qui se fait sentir et que les contractions ont tôt fait de me rappeler au quotidien que je ne suis plus « seule. A défaut de préparation matérielle en attente, j espère pouvoir enfin profiter un peu plus de ma grossesse car ces deux derniers mois ça n’a pas été franchement le cas…

Des nouvelles de bébé bientôt…

La fin du premier trimestre

14 semaines d’aménorrhée.

12 semaines de grossesse.

Une annonce à la famille et aux autres…

Des réactions « trop neutres », d’autres emplies de curiosité parfois malsaine au point de faire des commérages en espérant certainement se faire mousser (ca se réglera en temps voulu).

Des réactions entre étonnement et compliments.  Bref le lot de chaque future maman.

12 semaines entre nausées, insomnies vs pannes de réveil, coups de coeur, coups de blues, questions et autres conseils en tout genre de toute part… Et 12 semaines où les hormones (les vilaines H comme on les nomment avec une copine future maman) tirent les ficelles de nos vies de futures mamans.

12 semaines où ce petit être de 2 cellules s’est transformé en un mini humain de 10-12 centimètres remuant à son gré dans sa piscine à 37°.

12 semaines pour se dire que le risque de fausse couche s’amoindrit au fur et à mesure que le temps passe.

12 semaines où tout se chamboule en moi: mon corps, mes émotions, mes sentiments, ma vision des choses et de l’avenir.

12 semaines et encore 26 devant moi pour vivre la suite de ces bouleversement et préparer l’arrivée de ce bébé: mon bébé!

Du nouveau… mais pas assez.

Ca fait un long moment que je ne suis plus venue sur le blog.

Depuis mai les choses ont peu évolué côté travail. L’ambiance reste aussi tendue dans tout le service.  Un agent est parti, un autre en burnout, mais ça ne fait rien évoluer du côté de la direction qui laisse pourrir la situation et contribue à faire se diviser une équipe déjà fragile. Difficile de rester dans un environnement pareil en étant zen.

Dans mon cas, suite au décès mon supérieur n’a rien trouvé de mieux que de me sortir qu’il s’en lavait les mains de savoir pourquoi je m’étais absentée. Pas de « sincères condoléances  » même hypocrite, juste du mépris. Je suis remontée travailler au bord des larmes. Gérer le deuil d’une personne très chère c’est difficile. Lorsque la famille se déchire ça n’aide pas. Et moi, au milieu j essayais de gérer comme je pouvais…

J’ai voulu reprendre la maison, je me retrouve donc au milieu d’une famille déchirée à essayer de trouver les fonds pour racheter cette maison qui serait mise en vente de toute manière. Le bal des notables commence alors: notaire, assureur, banquier et j’en passe. Aucun ne travaille avec l’autre et les délais légaux approchant, les dents longues de certains ressortent. Ambiance générale = zéro pointé.

Du côté des amis ils sont toujours là, certains ont du mal à me « lâcher la main » pourtant au bout d’un temps, on étouffe et on a besoin de retrouver notre vie sans chaperon. Pas toujours simple à faire comprendre…

Côté projet bébé, il a été mis entre parenthèse deux mois. Puis, J1 est arrivé pour la Xième fois, je ne compte plus. J’ai recommencé les injections de GonalF, les contrôles chez le gygy et, à J10 la clinique de Bruxelles prévoit une 4ème tentative d’iad 2 jours plus tard. Étrangement, je n’ai pas la tête à ça, j y vais presque machinalement. Sans y croire vraiment. Mon esprit est ailleurs depuis de longues semaines et je vis en essayant de faire mon deuil, sans craquer au travail, sans penser… Car les pensées parasites elles sont omniprésentes… Passage à vide. L’esprit PMA est comme partit sans moi… mais 14 jours après l’iad4 il est revenu: ma prise de sang est plus que positive : 254ui. A ne pas y penser, un petit embryon s’est accroché en decrochant mon coeur au passage.

Rien est réglé, en pleine incertitude côté de la maison dans laquelle je vis mais qui n’est pas la mienne.  Le deuil qui se fait difficilement, l’ambiance au travail,… tout est flou sur l’avenir.

Seule certitude un petit être grandit en moi et s’accroche à la vie. Il est temps que la roue tourne et que je puisse moi aussi regarder de l’avant.

J’ai annoncé que j etais enceinte à mon employeur quand j’etais à 5sa. Tôt c’est vrai mais c’était la seule solution pour avoir la protection légale due à la maternité et pouvoir me rendre aux consultations gynécologiques sans encore devoir me justifuer pour tout et rien.

Lors de l’annonce: aucune réaction de face mais une carte en plus pour taper là où ca fait mal. Mon supérieur a tôt fait de sortir cette carte: ma vulnérabilité emotionnelle… Même le début de grossesse est une épreuve dans cette boite. Autant dire que ma tension et mon rythme cardiaque s’emballent. Mon gynécologue a demandé une consultation chez un cardiologue. La pression a été telle que j ai du changé de numéro de téléphone; emails, sms, appels incessants pendant que je suis à la clinique: le harcèlement reprend: mon directeur INTERDIT à ma responsable d’avancer dans les dossiers qui ont pris du retard suite au décès et à l’arrêt forcé en tout début de grossesse.

A 8sa je n’en peux plus, je finis par porter plainte pour harcellement moral à la police. Ca va nous amener à une procédure civile mais cette fois je prends le risque : une petite vie s’accroche en moi, ce petit miracle prend forme, je le vois grandir, j entends son petit coeur et tout s’éclaire: je ne peux plus supporter cette ambiance au travail. Mon médecin, mon gygy, le cardiologue, tous me demandent de me calmer de ne pas m’énerver. Je ne vais plus m’énerver, je vais me battre pour partir de là. Demander mon transfert ailleurs même si c’est plus loin de chez moi. C’est le projet des prochains mois. Changer de lieu, de direction, repartit à zéro s’il le faut.

Je pars de zéro avec ce petit être qui grandit en moi. Pour lui/pour elle je ne me laisserai plus faire…

 

 

 

Mai: une lueur d’espoir ?

muguet-1er-mai_format_626x331Bilan de mars: catastrophique au niveau moral, les imprévus, le décès d’un être cher. La vie est comme « arrêtée  » durant quelques semaines.

Bilan d’avril : accuser le coup, accepter cette nouvelle, apprendre à vivre avec et garder la tête hors de l’eau. Se battre avec la famille, annoncer encore et encore le décès, par téléphone, par courrier, dans la rue… Se faire à l’idée… encaisser encore et encore.

Bilan de mai:

Au niveau professionnel: retour de la plainte pour harcèlement au travail. Recevoir un avis où l’on reconnaît la pression morale et l’agressivité de votre superieur… mais aucune solution concrète et avoir l impression que « mr harceleur » a délégué  à ses sbires la tâche de me mettte la pression sur son personnel. Garder du retard difficile a rattraper et essayer de rester « zen » avec des effectifs reduits et une ambiance merdique… bref que du positif ; humour et humeur noir(e)…

Famille : se renfermer, avoir besoin de recul mais ceci n’est apparemment pas très bien compris.

Amis (la famille qu’on se choisit): heureusement qu’elle existe celle là…

Niveau physique : fatigue mais cycle qui redevient régulier et qui donne peut être une prochaine possibilité d’essai bébé… une lueur d’espoir ?

Vu le contexte extérieur je me demande si c’est vraiment le moment, si le stress ne va pas encore faire tout foirer en cas d’essai de l’iad n°4… Balance de sentiments mitigés entre l’envie d’avancer et l’impression que tout stagne… Suite au prochain article pour la fin mai et ce mois de juin …

 

 

Ceux qui comptent et ceux sur qui l’on peut compter; la famille que l’on se choisit…

Quelques semaines se sont écoulées depuis mon dernier passage.

Un essai iad negatif, un second qui était prévu fin mars mais la nature en a décidé autrement, puis, un choc: le décès brutal de celui que je considérais comme un père.

Les dernières semaines ont été très difficiles. Je laisse donc passer un cycle de « repos » (qui est tout sauf ça), afin de me recentrer et retrouver ma famille. Pas uniquement celle du sang, mais bien celle que je me suis chosie. Les quelques personnes amies qui sont là dans les bons mais surtout les mauvais moments. C’est là qu’on prend conscience de qui compte réellement et de pour qui on compte réellement.  A ces quelques personnes je n’ai pas de mots assez forts pour leurs dire MERCI.

Présents en toutes circonstances, avec chacun leur manière de me montrer que je ne suis pas seule, que je suis soutenue.

Ce sont les mêmes qui sont là depuis des années et qui me soutiennent également, sans jugements, avec parfois quelques conseils, dans mon projet de devenir maman.

J’ai appris que la vie peut s’arrêter à tout moment, mais je sais également qu’elle doit continuer. Qu’il me faut avancer malgrés les difficultés, pièges et autres hypocrisies qui m’attendent. C’est difficile mais je sais que grâce àeux, à cette famille que je me suis chosie, à ma soeur et avec un espoir en l’avenir : le meilleur reste à venir.

Une « copine de galère » de galère m’a annoncé sa grossesse il y a quelque jours. Elle était mal à l’aise: à elle je m’adresse maintenant pour lui dire que son bonheur, je le partage et qu’elle n’a pas à se sentir « coupable » bien au contraire.  C’est la vie qui gagne!

Mon tour viendra, oui je recommencerai les essais bébé, j’ai juste parfois la vie qui me rappelle que la patience n’est jamais mauvaise conseillère.

A bientôt pour la suite de ce parcours.

Et à toutes les mamans et futures mamans, à celles qui espèrent toujours: Rien n’est perdu. Notre tour viendra.

Prenez soin de vous et des vôtres, c’est une des plus grandes richesses ici bas…

 

 

 

WordPress.com.

Retour en haut ↑