_20180103_225516

Le second trimestre est normalement celui de l’épanouissement de la future maman.

Mon quotidien et les changements imprévus et non choisis que j ai subit sur le plan familial et privé ne m’ont pas permis d’en profiter. C’est un regret que je garderais probablement chaque fois que je penserai à ma grossesse.

Situation privée et familiale qui m’ont contraintes à vivre un déménagement en urgence. Cela entraîne stress, perte de repères, obligation de dire Adieu à une décennie de ma vie et de me créer une nouvelle vision de l’avenir pour mon bébé et moi. Ces changements imprévus vont influencer autant ma vie que celle de mon enfant et, ma manière d’aborder la maternité et la vie avec bébé est totalement chamboulée. A l’heure actuelle, j ai encore pas mal de craintes et d’interrogations.

J’avais mon petit coin à moi que j aménageais et organisais comme je le voulais, je vivais comme je l’entendais sans compte à rendre à qui que ce soit… C’est malheureusement fini… J’ai été contrainte de voir l’avenir avec bébé sous un angle totalement différent: environnement, aménagement, cohabitation forcée et compliquée pour une durée actuellement indéterminée avec un membre de la famille…  Tout cela a de quoi stresser une future maman en proie aux chamboulements physiques et hormonaux… Bref, sans rentrer dans des détails que je ne souhaite pas évoquer ici, le stress, l’énervement, le manque de sommeil, les craintes et désillusions ont pris le dessus sur ce qui aurait dû être une période de ma grossesse « épanouissante ».

Je n’ai pas pris un gramme pendant presque deux mois et demi:vive l’énervement perpétuel et l’impossibilité de se ressourcer. J’ai eu le sentiment de vivre ma grossesse en spectatrice.

Des contractions dès 18sa et le fait que je n’ai pas su me reposer m’ont été préjudiciables. Malaises, douleurs, insomnies récurrentes, système immunitaire qui m’a lâché et virus ont pris le dessus. Ceci m’a conduit aux urgences plusieurs fois et bébé a beau s’accrocher,  les risques qu’il ne veule sortir trop tôt ou qu’on décide de me bloquer et de m’obliger à rester alitée ont été réels. Mon moral en a pris un sacré coup.

Je ne saurais dire que MERCI particulièrement à l’une de mes soeurs et à mon meilleur ami sans qui je n’aurais pas réussi à passer cette étape sans réellement m’effondrer…

Le deuil d’avril n’est pas encore fait et je doute de réussir à le faire avant encore un moment.

J’ai été écartée du travail pour risque pour ma grossesse par la médecine du travail. La reprise avec certains collègues sera probablement compliquée. Et oui être enceinte embête énormément de monde et croyez moi on vous le fait bien sentir là où je travaille. Une maman ayant été alitée toute sa grossesse en a été l’exemple malheureux il y a deux ans… Je sens que je ne serais pas épargnée non plus… On verra…

A côté de cela on a connu le sexe de bébé lors d’un  passage par les urgences (confirmé par gygy quelques temps plus tard): J’ attends une petite fille pour début 2018.

Le choix du prénom, les quelques premiers achats « pour fille », la projection, l’imagination de la vie avec « ma fille » ont été quelques moments plus légers de ce deuxième trimestre. ça a réjoui sa future marraine, une de ses tatas, et tonton qui attendaient avec impatience de savoir s’il ce petit bout serait un garçon ou une fille et qui espéraient secrètement la venue d’une petite princesse dans la famille. En ce qui me concerne,  l’important était qu’il ou elle soit en bonne santé mais j’avais déjà l’impression que je serai maman d’une pitchounette et, j ai été ravie de la nouvelle.

Un autre petit événement du second trimestre qui donne enfin son vrai sens à la grossesse: sentir ses premiers mouvements. Vivre cela nous donne enfin une sensation concrète de porter un enfant et c’est magique… Jouer un peu avec ma petite bulle, la sentir réagir à mes petits mouvements sur le ventre et à certaines musiques ont été des parenthèses de quelques minutes dans la journée. Vu l’ambiance générale de cette période j en ai franchement eu besoin pour ne pas craquer même si beaucoup de larmes ont été versées durant le second trimestre…

Ce second trimestre d’une grossesse en demi teinte est derrière moi. J’ai l’envie de réussir à voir plus le positif et, pour ma fille, réussir à me faire confiance et à me battre pour créer l environnement de vie le plus positif possible pour elle.

J’ai heureusement 2-3 personnes d’un soutien inconditionnel et j aimerais conclure cet article en m’adressant à eux: MERCI de supporter mes sautes d’humeur depuis des mois et malgré tout cela d’être les piliers sans qui je ne sais pas qui je serai à l’heure actuelle et à l’avenir. Merci pour moi et pour elle…

Publicités