Ca fait un long moment que je ne suis plus venue sur le blog.

Depuis mai les choses ont peu évolué côté travail. L’ambiance reste aussi tendue dans tout le service.  Un agent est parti, un autre en burnout, mais ça ne fait rien évoluer du côté de la direction qui laisse pourrir la situation et contribue à faire se diviser une équipe déjà fragile. Difficile de rester dans un environnement pareil en étant zen.

Dans mon cas, suite au décès mon supérieur n’a rien trouvé de mieux que de me sortir qu’il s’en lavait les mains de savoir pourquoi je m’étais absentée. Pas de « sincères condoléances  » même hypocrite, juste du mépris. Je suis remontée travailler au bord des larmes. Gérer le deuil d’une personne très chère c’est difficile. Lorsque la famille se déchire ça n’aide pas. Et moi, au milieu j essayais de gérer comme je pouvais…

J’ai voulu reprendre la maison, je me retrouve donc au milieu d’une famille déchirée à essayer de trouver les fonds pour racheter cette maison qui serait mise en vente de toute manière. Le bal des notables commence alors: notaire, assureur, banquier et j’en passe. Aucun ne travaille avec l’autre et les délais légaux approchant, les dents longues de certains ressortent. Ambiance générale = zéro pointé.

Du côté des amis ils sont toujours là, certains ont du mal à me « lâcher la main » pourtant au bout d’un temps, on étouffe et on a besoin de retrouver notre vie sans chaperon. Pas toujours simple à faire comprendre…

Côté projet bébé, il a été mis entre parenthèse deux mois. Puis, J1 est arrivé pour la Xième fois, je ne compte plus. J’ai recommencé les injections de GonalF, les contrôles chez le gygy et, à J10 la clinique de Bruxelles prévoit une 4ème tentative d’iad 2 jours plus tard. Étrangement, je n’ai pas la tête à ça, j y vais presque machinalement. Sans y croire vraiment. Mon esprit est ailleurs depuis de longues semaines et je vis en essayant de faire mon deuil, sans craquer au travail, sans penser… Car les pensées parasites elles sont omniprésentes… Passage à vide. L’esprit PMA est comme partit sans moi… mais 14 jours après l’iad4 il est revenu: ma prise de sang est plus que positive : 254ui. A ne pas y penser, un petit embryon s’est accroché en decrochant mon coeur au passage.

Rien est réglé, en pleine incertitude côté de la maison dans laquelle je vis mais qui n’est pas la mienne.  Le deuil qui se fait difficilement, l’ambiance au travail,… tout est flou sur l’avenir.

Seule certitude un petit être grandit en moi et s’accroche à la vie. Il est temps que la roue tourne et que je puisse moi aussi regarder de l’avant.

J’ai annoncé que j etais enceinte à mon employeur quand j’etais à 5sa. Tôt c’est vrai mais c’était la seule solution pour avoir la protection légale due à la maternité et pouvoir me rendre aux consultations gynécologiques sans encore devoir me justifuer pour tout et rien.

Lors de l’annonce: aucune réaction de face mais une carte en plus pour taper là où ca fait mal. Mon supérieur a tôt fait de sortir cette carte: ma vulnérabilité emotionnelle… Même le début de grossesse est une épreuve dans cette boite. Autant dire que ma tension et mon rythme cardiaque s’emballent. Mon gynécologue a demandé une consultation chez un cardiologue. La pression a été telle que j ai du changé de numéro de téléphone; emails, sms, appels incessants pendant que je suis à la clinique: le harcèlement reprend: mon directeur INTERDIT à ma responsable d’avancer dans les dossiers qui ont pris du retard suite au décès et à l’arrêt forcé en tout début de grossesse.

A 8sa je n’en peux plus, je finis par porter plainte pour harcellement moral à la police. Ca va nous amener à une procédure civile mais cette fois je prends le risque : une petite vie s’accroche en moi, ce petit miracle prend forme, je le vois grandir, j entends son petit coeur et tout s’éclaire: je ne peux plus supporter cette ambiance au travail. Mon médecin, mon gygy, le cardiologue, tous me demandent de me calmer de ne pas m’énerver. Je ne vais plus m’énerver, je vais me battre pour partir de là. Demander mon transfert ailleurs même si c’est plus loin de chez moi. C’est le projet des prochains mois. Changer de lieu, de direction, repartit à zéro s’il le faut.

Je pars de zéro avec ce petit être qui grandit en moi. Pour lui/pour elle je ne me laisserai plus faire…

 

 

 

Publicités