1194

Novembre est arrivé avec l’heure d’hiver, les journées plus courtes, les humeurs maussades… Les miennes et celles de mon entourage. L’ambiance au travail reste tendue mais j’ai le soutien de quelques collègues et amis, c’est toujours utile pour se rappeler que tout n’est pas noir.

Au niveau des essais iad, je n’ai plus avancé d’un pouce, soit je risque des triplés (sous clomid, même avec la moitié de la dose standard…), soit je n’ai pas d’ovulation. Les deux cas de figure se sont présentés deux fois depuis l’été… Bref la prochaine tentative réelle (la seconde en réalité) sera peut-être pour décembre si mes ovaires ne produisent pas trop d’ovocytes en un seul cycle… Bref impossible à prévoir.

Tout ce que je sais, c’est que si on tente l’iad  en décembre, j’aurais une réponse, positive ou négative pendant les fêtes de fin d’année… J’ai envie d’y croire et, en même temps je n’ai pas le courage de prévoir quoi que ce soit réellement à l’avance, je sais que si on fait l’essai le cycle prochain et, que c’est négatif, je ne serais pas d’humeur joyeuse ou à faire la fête. Dans ces moments là je m’enferme dans ma bulle et je reste au calme le plus possible. Je me demande si jamais c’était positif quelle serait ma réaction; je crois finalement qu’elle serait la même que pour un négatif, rester dans ma bulle, digérer la nouvelle, me rendre compte que quelque chose changerait en ce moment même en moi et peut-être pour toujours… Seul le temps me le dira et, pour moi qui aime avoir le contrôle de ma vie, c’est ce genre de nouvelle positive ou négative qui peut influencer sur mes projets des jours suivants. En pleine période où tout le monde vous demande : « t’as prévu quelque chose pour les réveillons de Noel et Nouvel An? »: j’ai envie de répondre « oui » aux invitations qui se présentent  (pour Noel c’est le cas , traditionnellement avec ma famille de cœur) mais, quelque chose me retient encore pour Nouvel An. Le calendrier m’annonce une fin de cycle à ce moment là, cette semaine là, en général, je ne me trompe pas…

Si  jamais, par bonheur, je peux enfin tenter une nouvelle iad le mois prochain, la réponse tombera entre Noel et Nouvel-An. Une année fin d’année qui se clôturera sur un nouvel échec ou au contraire sur un nouveau départ… A J-40 j’angoisse déjà… Finalement il est bien probable que pour éviter ce flux d’émotion positives ou négatives qui ne manquera pas de se pointer à ce moment là, que je décide finalement de passer la Saint-Sylvestre ailleurs…, où personne ne sera là pour me poser des questions auxquelles je ne serais pas prête à répondre tant que je n’aurais pas digéré la nouvelle du résultat… En bien ou en mal, un peu de recul me semblera nécessaire au moment précis… La campagne, la mer, un endroit calme et en retrait, ce sera probablement là que je vais réserver une place pour passer le cap de 2017…

Patience, anticipation… deux opposés qui mènent parfois au même point…

 

Publicités