Voici un gros mois d’ici, je pensais faire une tentative en C2. La nature en a décidé autrement.  Ou je n’ovule pas, ou je risque…  des triplés. Bon c’était comme au loto  zéro; zéro,  un, deux ou trois follicules qui auraient pû être fécondés… Trop de risques selon le Gynéco,  on passe son tour ce mois ci.

La fin du cycle arrive et une douleur au bas ventre m’oblige à consulter: les médecins urgentistes pensent détecter un kyste à l’ovaire droit…  Rendez-vous pris au débit du nouveau cycle (c3) et mon gygy me dit qu’il ne voit rien d’anormal…  Le rendez-vous est pris pour J12 une échographie de contrôle et un dosage hormonal sont prévus.

Cependant je tombe malade début octobre et depuis, je suis toujours sous antibiotiques.  Est ce réellement une bonne idée de tenter quelque chose en ce troisième cycle. Une amie de galère me met le doute…  Finalement je vais laisser décider le gygy. Après tout,  je dois de toute manière contrôler l’évolution de l’ovaire (kyste présent ou non) et pour que mon dossier suive à Bruxelles une prise de sang et l’échographie sont nécessaires.  Bref quoi qu’il se dira au prochain rendez-vous,  je ne me fais pas d’illusions ni de faux espoirs.  Ce sont les médecins qui décideront ils sont les plus aptes à me conseiller pour tout ça…

Je suis un peu moralement dans le creux de la vague.  La santé n’est pas au top et l’ambiance au travail se dégrade de plus en plus. Ce qui était des pressions devient du harcèlement moral au point où une procédure de plainte se profile.  La reprise la semaine prochaine (et les suivantes) ne sera probablement pas de tout repos moralement.

Dois-je encore attendre que « ça aille mieux »,  je sais que ça ne changera pas ou peu avant le départ à la pension de la personne qui me harcèle au travail. Et en même temps j ai décidé de ne pas la laisser gagner.  Envisager une grossesse dans un stress au boulot n’est pas le plus réjouissant. En solo encore moins. Mais si j arrête de vivre c’est elle qui gagnera et on a assez de protections légales pour les femmes enceintes pour m’aider à ne pas sombrer malgré les hormones et le climat pas toujours simple du monde du travail.

Personnellement je me sens prête à accueillir ce petit être que j espère depuis tant d’années. Le monde d’aujourd’hui n’est pas simple et on a tous nos problèmes.  Y a t’il réellement un moment propice ? J en doute…

On est à l’abri de rien… Alors plutôt que de prendre notre mal en patience peut-être dois-je prendre mon bien en urgence et penser à l’avenir sans me préoccuper des être malsains, jaloux ou hypocrites qui m’entourent et dont je ne peux malheureusement pas me débarrasser d’un claquement de doigts…

Mes amis sont derrière moi, je ne suis pas seule et j ai déjà affronté d’autres soucis que cette femme qui veut me pourrir la vie.  Ce sera difficile mais elle ne gagnera pas et je n’ai plus l’intention de lui laisser me dicter ma vie par des intimidations…

Maintenant je m’en laisse aux médecins, ce sont eux qui me guideront.  L’envie et la volonté feront le reste…

Suite dans quelques jours…

Publicités