Sysy en diminutif de Sylvie, 31 ans, célibataire, belge… Jusqu’ici rien d’atypique…

J’ai toujours voulu devenir maman; connaître la maternité, avoir une famille à moi, donner l’amour que je porte en moi, donner la vie…

Seule ombre au tableau: je n’ai pas rencontré l’homme avec qui je peux partager ce projet de vie. Des rencontres j’en ai faites, des histoires j’en ai connues, 2-3 de « sérieuses » enfin, j’espérais qu’elles le soient mais au final, ça ne l’a pas fait…

Après un premier amour qui s’est avéré une belle utopie dont on met quelques années à se remettre, j’ai vécu une relation « d’adultes » de plusieurs années. Une histoire de fiançailles où je me  suis donnée à fond pour finir par me rendre compte que l’autre, mon petit ami, était en fait un grand enfant qui recherche une « seconde maman », une maîtresse et une cuisinière…  Et moi… Je ne supporte pas ça!

J’ai besoin d’une relation égalitaire où l’Homme avec un grand « H » peut s’impliquer dans la relation autant que moi. Une relation de couple où l’on se soutient l’un l’autre, où chacun a son petit jardin secret (sinon qu’aurons-nous encore à nous raconter dans 10 ans?), où la confiance règne, où l’amour est présent et bien réel, où il y a du dialogue, où il y a le respect de la personnalité de chacun… où votre compagnon ne passe pas son temps à « mater » tout ce qui passe en rue et à collectionner les pages « favorites » des nanas qu’il trouve sur les réseaux sociaux ou du moins regarderait « discrètement »… Où… Une relation où je serais enfin moi-même, sans crise de jalousie au moindre sms reçu, sans entendre « je ne sais pas (le faire) », « il fait trop chaud (froid), je suis fatigué » et la phrase la pire que j’ai entendue « oui mais ça c’était avant, j’ai changé depuis… » mon oeil! Bref j’aurais aimé une relation où je ne devrais pas jouer la femme-l’homme, la psy et la défenderesse de l’autre 24h sur 24… Au bout de X années, j’ai rompu les fiançailles, j’ai eu la belle famille à dos et Monsieur l’ex n’a pas encore tourné la page… mais ça ce n’est plus mon problème.

J’ai pris du temps avant de me ré-engager dans quelque chose de « sérieux » puis, un jour, j’ai rencontré un Homme avec un grand H, indépendant, doux, respectueux, un papa, un adulte réel bien vivant… Et Cupidon a lancé ses flèches… Grand mal lui en a pris… cet homme bien sous tout rapport ne voulait pas la même chose que moi, Cupidon ne l’avait pas frappé assez fort… Mais ça il ne me l’a dit qu’après un an et demi et une vasectomie faite à la va-vite et sans m’avoir consulté avant… Clap de fin, larmes, colère, déception… Comment encore croire que cet homme existe, comment encore attendre 5-10 ans avant de le rencontrer… J’ai laissé tomber (en tout cas pour un moment).

Cependant, pendant toutes ces années (10-12 ans de ma vie), j’ai toujours su une chose: j’aurais un enfant, à moi ou adopté, en couple ou non. Cet enfant il serait désiré et élevé dans l’amour, pas dans les non-dits ni les disputes et les conceptions trop différentes de la vie en général et de l’éducation en particulier. Cet enfant j’en ai rêvé, je l’ai désiré et je le désire plus que tout… Dernier recours après mure réflexion et avec le soutien de ma soeur et de quelques amis: la PMA. L’insémination artificielle avec donneur anonyme (en Belgique c’est la règle). Le parcours psychologique et médical est long, tortueux, pas simple mais au bout je commence à voir une petite lumière, une étincelle: Un hôpital bruxellois, une équipe médicale, un gynécologue , une psy ont décidé de me faire confiance et de m’aider dans ce projet un peu fou: devenir maman mais sans papa… à la base. J’espère toujours rencontrer cet homme avec qui je pourrais être « moi-même » et qui accepterait ma petite famille (et moi la sienne , si il en a une) pour former une famille… Une famille  différente, mais une famille tout court… Et une maman avec son enfant , c’est déjà une petite famille!  Voici mon parcours.

 

 

Publicités